Qu’est ce que le social learning ou apprentissage en réseaux ?

La question sur le social learning ou apprentissage en réseaux représente l’une des questions qui auront le plus grand impact sur les organisations dans un avenir proche (et immédiat). Formulée par le Canadien Albert Bandura, c’est l’une des théories les plus influentes sur l’apprentissage. Cette théorie explique comment les gens peuvent acquérir de nouvelles connaissances et développer de nouveaux comportements en observant son entourage.

Bien comprendre ce qu’est le social learning

Le social learning est un comportement d’apprentissage contrôlé par des influences environnementales plutôt que par des forces internes. Cette théorie, développée par le psychologue Albert Bandura, met en avant l’idée que les gens apprennent en observant et en imitant le comportement d’autres personnes plus influentes. La validité et l’importance de cette méthode sont appuyées par le modèle 70-20-10 d’apprentissage et de développement. Il suggère que 70 % des connaissances sont acquises à partir de l’expérience professionnelle et 20 % sont acquises grâce à des interactions avec les autres. Seulement 10 % des connaissances sont acquises par l’éducation formelle. L’apprentissage social dans un contexte professionnel consiste à créer une culture de collaboration. Disposer d’une base de connaissances partagée où les employés peuvent échanger les meilleures pratiques, poser des questions et se soutenir mutuellement est le meilleur moyen de les impliquer dans l’apprentissage.

Comment appliquer la théorie d’Albert Bandura ?

Le processus d’application du social learning se fait en 4 étapes :

  • L’attention : l’attention de l’apprenti doit se concentrer sur le modèle, sinon l’apprentissage sera interrompu. Les gens ont tendance à observer et admirer les personnes ayant un niveau social élevé ou des compétences spéciales et par-dessus tout, les personnes de pouvoir.
  • La mémoire : l’individu doit mémoriser et retenir ce qu’il a observé pour l’exécuter plus tard.
  • La reproduction : le comportement est initié et la personne doit être capable de l’imiter, pas forcément la même, mais doit l’exécuter.
  • La motivation : dans cette partie, il est nécessaire de savoir ce qui a conduit la personne à effectuer le comportement. La motivation est une étape ou un aspect clé pour commencer à apprendre ce que vous voulez imiter. Il est essentiel qu’il y ait des raisons de vouloir apprendre quelque chose, sinon il est difficile de maintenir l’attention, la rétention et la reproduction des comportements.

Par exemple, lorsque vous voulez apprendre à faire bouillir un œuf correctement, vous vous tournez vers Google, Facebook ou YouTube ou vos blogs préférés. Vous suivez les sites d’art et de photographie pour trouver des astuces Photoshop, ou apprendre les techniques DSLR. Au travail, vous observez vos pairs et vos seniors pour apprendre les ficelles du métier. Lire des articles sur le développement personnel pour savoir comment les personnes qui réussissent commencent leur journée, éloignent les distractions au travail et restent constamment productives.

Quels sont les outils d’applications du social learning ?

Avec les progrès de la technologie numérique et l’afflux d’outils sociaux, l’élément « social » peut être facilement intégré dans cette théorie. Ce concept gagne du terrain régulièrement. Une série d’outils peuvent vous aider à mener à bien l’application du social learning.

  • Le Web 2.0 (réseaux sociaux, wikis, blogs, etc.) : un moyen d’incorporer les connaissances à imiter et le moyen d’atteindre ces connaissances. Dans tous les cas, les connaissances à imiter doivent être correctement identifiées.
  • La coopération : chacun doit coopérer pour partager les connaissances à imiter, les identifier, reproduire l’exemple, valider l’efficacité des connaissances imitées, améliorer les connaissances existantes ou les étendre.
  • Les outils de communication : les vidéoconférences, chats, messages, groupes ou communautés, sont nécessaires pour établir les liens entre les processus de coopération.

Pourquoi le social learning est-il si important dans le milieu d’entreprise ?

Les organisations doivent comprendre comment une nouvelle génération de travailleurs aime apprendre, comment utiliser la technologie et ses moyens de communication préférés. Considéré comme l’un des moyens les plus efficaces de diffuser les connaissances dans l’entreprise, le social learning apporte des avantages significatifs. Avec l’apprentissage social, la mise à jour est toujours à portée de main, c’est engageant et stimulant. Lorsque vous participez à un cours, au sens le plus traditionnel du terme, il peut arriver que les informations reçues soient facilement perdues. L’apprentissage social, en revanche, tend à inverser cette tendance, car il favorise la conservation des connaissances. Cette méthode motive également les employés, car elle les place au centre de la méthode d’apprentissage. Ils peuvent être l’élève et l’enseignant en même temps. Cela facilite l’intégration des nouveaux employés dans l’entreprise en les poussant à avoir plus d’interactions avec des profils plus seniors. Pour ces raisons, cette méthode d’apprentissage permet à chacun d’être plus proactif. Outre ces avantages, il stimule également la communication au sein de l’équipe de travail avec des avantages évidents au niveau organisationnel.

Les chefs d’entreprise doivent comprendre que les employés utilisent déjà des outils sociaux, qu’ils soient approuvés ou non. Plutôt que d’interdire l’utilisation des médias sociaux, les chefs d’entreprise éclairés doivent exploiter leur pouvoir pour générer des résultats positifs.

Pourquoi le coaching en entreprise a-t-il autant de succès en France ?
En quoi consiste la pédagogie inversée ou « flipped classroom »?