Pourquoi dit on que 85% des emplois de 2030 n’existent pas encore ?

L’avenir de l’économie est déjà écrit selon une étude faite par les experts. Ils ont prévu un grand changement au niveau du monde de l’entreprise et le travail. La cause est la numérisation de l’intelligence cognitive et ainsi que les hommes doivent s’adapter à celle-ci. Puisque cette révolution présente quelques avantages, comment faire pour mieux s’adapter à une révolution numérique de travail et l’économie ?

La révolution de métiers du futur : la numérisation et la robotisation

Une étude en 2017 affirmait que les métiers du futur ne vivent pas encore puisque 85 % des emplois de 2030 n’existent pas encore dès aujourd’hui. Pourquoi cette affirmation et ce chiffre ? Ce résultat est un peu surprenant, mais ce chiffre a été fourni suite à une étude faite par les experts. Ces derniers, qui sont les universitaires et les professionnels, ont été invités par un constructeur d’ordinateurs appelé Dell et un think tank dit l’Institut du Futur. Ils ont mené une étude économique et affirmaient ainsi qu’une très vaste majorité des emplois de futur n’existent pas encore. Pour quelle raison ? C’est à cause de la révolution de la numérisation, la robotisation et l’intelligence artificielle. Le développement numérique se divise en trois étapes, la première s’est déjà instaurée et ce n’est autre que la simple imitation d’une intelligence logique. D’ici peu de temps, dans quelques années, l’arrivée incontestable d’une intelligence cognitive et artificielle qui est capable d’approfondir et traiter des données et même proposer des solutions. Et d’après l’étude, faites, en 2030, une prévoyance d’un être humain virtuel. Cette révolution numérique entraine une ringardisation montante des groupes de métiers parce que, presque toutes les tâches seront effectuées par la numérisation et la robotisation.

Comment se positionner sur les emplois du demain ?

La révolution numérique et la robotisation sont plus efficaces que les hommes parce qu’elles sont en mesure de réaliser des milliers de tâches intellectuelles en même temps, et cela avec un temps bien déterminé. Donc, il vaut mieux adapter à la révolution numérique des métiers du futur. L’étude en 2017 s’orientait sur une démarche importante et c’est la capacité de gagner une nouvelle connaissance qu’une connaissance déjà connut. L’homme devrait ainsi essayer de faire mieux que la numérisation. Dans ce cas, perfectionner son art n’est plus la question, mais c’est de perfectionner la rapidité de sa capacité dans des nouveaux métiers. La plupart des personnes seront orientées vers le freelance et avec un poste non fixe. La révolution numérique de métier donne des nouvelles opportunités pour les hommes parce qu’ils peuvent travailler dans plusieurs entreprises à la fois. En plus, le numérique réduit les inégalités et évite les rejets d’embauche qui se basent sur des critères physiques, race ou sexe. Le travail digital est capable de trouver ses capacités jusqu’au bout de la terre même dans les régions closes et il peut résoudre les problèmes de déplacement économique. C’est pourquoi il est mieux de se positionner sur les métiers du demain et adaptés à la révolution numérique de métier puisque les métiers d’aujourd’hui auront disparu.

Les travailleurs doivent être mobiles pour avancer

Comme l’étude affirmait que la capacité à acquérir un nouveau savoir est plus importante pour mieux s’adapter aux métiers du futur, il faut que les travailleurs soient mobiles et capables de travailler plus rapidement. Sinon, ils verront que leurs industries seront obsolètes, c’est-à-dire, attardés et démodés. Cela inclut la disparition des vieux emplois et ainsi déstabilise l’économie puisque plusieurs foyers et la paix sociale seront affectés par la révolution économique. Adapter à la numérisation est donc une bonne façon d’éviter le rabaisse des entreprises et industries. Cela requiert une grande agilité, un savoir-faire et être bien formé tout au long de sa vie. Il est inévitable ainsi de rester seulement sur les acquis déjà obtenus. Briefing, il faut que les travailleurs soient curieux et capables de coopérer pour un travail en groupe.

Adopter une formation aux métiers numériques

Avoir une formation convenable aux métiers numériques est avantageux puisque le monde de travail s’évolue de plus en plus. Face à cela, le gouvernement a décidé d’instaurer de nombreuses formations pour les personnes qui sont en manque de métier comme les demandeurs d’emploi, les seniors en voie de reconversion, les décrocheurs scolaires… Ces 10 000 formations ont pour but de former les bacheliers ou non pour avoir un métier de développement web ou la maintenance informatique et industrielle, un travail de la sécurité et de l’exploitation. Ces formations seront présentes même dans le Pôle emploi. Toutes ces formations nécessitent encore un état d’esprit agile pour les apprentis parce que la technologie ne s’imagine même pas de rester sans évoluer. Il ne faut pas alors cesser d’avoir des nouvelles découvertes et de remettre en question pour cela. Chaque personne doit dans tous les cas suivre une formation adaptée afin d’éviter les problèmes d’emploi à l’avenir.

Expert en cybersécurité, comment devenir le gardien des données ?
Zoom sur le métier de data scientist, la star de la data intelligence