Les indicateurs du secteur de l’artisanat évoluent en fonction du temps. Tous les ans, de véritables tendances se confirment tout en reflétant les évolutions économiques et sociales concernant l’entreprise artisanale. Les chiffres relatifs à la création d’entreprises artisanales ont augmenté en 2017 avec une croissance de +1 %. Par contre, le choix des formes juridiques apporte différentes évolutions. Les opérations de transmission-reprise rencontrent quelques freins. Il n’y a qu’une entreprise sur trois qui a cédé à un repreneur.

Les tendances des créateurs d’entreprise

Un créateur d’entreprise sur quatre travaille en tant qu’artisan. En 2017, on enregistre 155 200 créations de sociétés artisanales. On constate que la dynamique entrepreneuriale se stabilise pour la 3e année consécutive. L’entreprise artisanale représente 26 % de création d’entreprises, ce sont les secteurs de services qui représentent les prestations les plus dynamiques, car ce domaine d’activité enregistre une hausse de 4 %.

Malgré l’évolution en dent de scie, les créations d’entreprises consacrées à la fabrication artisanale progressent depuis ces dernières années. Dans 9 cas sur 10, la création d’entreprises dépasse la reprise d’une compagnie. En effet, il n’y a qu’un créateur d’entreprise sur dix qui décide de racheter une compagnie déjà existante. Si la transmission ne concerne qu’une société sur trois, la probabilité d’une transmission augmente en fonction de la taille de la compagnie.

Description d’une entreprise artisanale

L’entreprise artisanale exerce une activité de production, réparation, transformation ou prestation de services au titre d’activité principale ou secondaire. Qu’importe la forme juridique, le créateur d’entreprise artisanale peut travailler sous forme ambulante ou sédentaire. Un artisan doit être immatriculé au Répertoire des Métiers gérés par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat. Pour être éligible à ce statut, l’entreprise artisanale doit employer moins de 10 salariés. Quand ce plafond est franchi, la société doit être inscrite au Répertoire des Métiers si elle souhaite poursuivre son rattachement au secteur de l’artisanat.

Quelle est la spécificité de l’artisan ?

Pour qu’une personne physique et les dirigeants sociaux des personnes morales souhaitent prévaloir la qualité d’Artisan, ils doivent justifier un diplôme, un titre ou une expérience professionnelle propre au métier exercé. Les conditions varient en fonction du décret voté par le Conseil d’État. C’est à partir de la loi du 5 juin 1996 que les créateurs d’entreprise artisanale doivent obligatoirement disposer d’une qualification préalable pour exercer des activités artisanales mettant en danger la santé ainsi que la sécurité des consommateurs.

L’exigence de qualification s’obtient grâce à un diplôme ou la validation d’une expérience professionnelle d’au moins 3 ans. Cette règle concerne des activités alimentaires faisant partie de la fabrication de produits frais de pâtisserie, boulangerie, charcuterie, boucherie, poissonnerie ou glaces alimentaires artisanales.